ACTUELLEMENT
EN KIOSQUES

N°176

HOMMAGE À SEAN REINERT (1971-2020)

Un autre géant de la batterie s’est éteint quelques jours après la disparition de Neil Peart. Le grand Sean Reinert a été retrouvé sans vie à son domicile californien par son mari le 24 janvier dernier. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la cause du décès est toujours inconnue. Il avait 48 ans…

Au début des années 90, Sean Reinert a profondément bousculé les codes du metal extrême par la richesse de son jeu imprégné d’éléments jazz fusion. Des prouesses techniques immortalisées dans une série d’albums incontournables tels que Human de Death en 1991, et Focus de Cynic deux ans plus tard, groupe avec lequel il écrira l’une des plus belles pages du death metal et du progressif jusqu’à son départ de la formation en 2015. On lui doit aussi le projet Æon Spoke dont il était le créateur, ainsi que des collaborations avec Aghora, Gordian Knot, Portal…

En 2014, Sean avait révélé publiquement son homosexualité aux côtés du guitariste-chanteur de Cynic, Paul Masvidal. Dans une interview pour le L.A Times, le tandem avait fait part des difficultés que ce statut pouvait représenter au sein de la communauté metal, précisant au passage qu’ils n’avaient jamais formé un couple : « Les gays sont partout, et font tous les métiers, jouent tous les types de musique. Il m’a fallu des années pour avoir le courage de le dire : si vous avez un problème avec ça, alors jetez nos disques. C’est votre problème, pas le mien » avait-t-il déclaré.

A l’instar du batteur de Rush, l’annonce de la disparition de Sean Reinert a engendré des centaines d’hommages et de témoignages sur les réseaux sociaux de la part de fans, anonymes et artistes. Une célébration de son héritage musical salie par une autre terrible nouvelle publiée sur Facebook par son mari : « Sean n’avait pas le sida ni aucune autre MST. Mais, étant donné qu’il était un homme gay vivant en Amérique en 2020, on ne lui a pas permis de réaliser son dernier vœu, celui de faire don de ses organes afin de sauver une autre vie humaine. »  En effet, selon les lois US actuelles créées en réponse à l’épidémie du sida dans les années 80, les hommes qui ont eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des douze derniers mois ne peuvent pas donner leurs organes suite à leur décès : « Le gouvernement préfère qu’un patient en attente d’un organe meure au lieu de lui donner ceux de Sean. » a-t-il ajouté, meurtri.

Nos pensées vont à la famille et aux proches de Sean Reinert.

Merci pour ton travail et ta créativité au fil des décennies.